INTRODUCTION

 

Dans la première moitié du 20e siècle, l’Ille-et-Vilaine est un département essentiellement rural en voie d’industrialisation avec 21% d’ouvriers dans la population active qui travaillent pour la majorité dans le secteur primaire. Trois villes connaissent une importante concentration ouvrière : Fougères, Redon et Rennes.

 

La population ouvrière bretillienne connaît des conditions de vie et de travail difficiles notamment avec l’introduction du travail à la chaîne. La réglementation sociale est peu protectrice jusqu’aux années 1930. Les ouvriers sont confrontés aux expulsions de logements, à l’insalubrité, aux accidents du travail courants, etc., alors que l’apprentissage peut commencer dès 10 ans.

 

Les années 1930-1940 sont marquées par de forts bouleversements politiques. Le monde ouvrier français gagne des acquis sociaux importants par les grandes grèves de 1936 suite à la victoire électorale du Front Populaire.

 

L’occupation par les troupes allemandes suite à la défaite française à partir de 1940, expose les ouvriers à un quotidien au rythme de l’occupation nazie d’autant plus que la réquisition de main d’œuvre devient rapidement un enjeu. Certains ouvriers choisiront de résister par différents moyens tandis que la majorité tente avant tout de s’en sortir.